* Le liseur du 6h27 * Jean-Paul DIDIERLAURENT

* Le liseur du 6h27 * Jean-Paul DIDIERLAURENT

La lecture en résistance. Un roman touchant et singulier

🍒🍒🍒

A la recherche de bouquins oubliés dans les rayons de ma bibliothèque, ce poisson qui avait l’air de tourner dans son bocal a titillé ma curiosité ! Et sans regret car ce fut une lecture ponctuée de sourcils froncés et d’yeux écarquillés… Quelle singularité, quelle imagination ! Et quand le thème décline l’amour du livre dans toutes ses dimensions, ça ne peut que nous embarquer !

Ce cher Guylain, employé d’une usine où la Chose broie pour les recycler les livres laissés pour compte, résistera à leur disparition en récupérant les pages épargnées de cette boue grise qu’il doit récurer chaque soir sous le regard patibulaire de son patron intransigeant. Heureusement, ce quotidien démarre chaque matin et se met en pause chaque midi par l’accueil d’Yvon et de ses tirades, ce gardien fou de théâtre qui ne s’exprime qu’en alexandrins.

Il les fera vivre ces pages égrainées et sans lien les unes avec les autres à travers sa voix qui viendra bercer les passagers du RER de 6h27 du lendemain et les surprendra de sujets qu’il découvre lui-même chaque matin. Comme il maintiendra en vie son ami Giuseppe à la recherche de toutes les publications d’un livre bien particulier. Et toujours aux côtés de son cher Rouget de l’Isle, un poisson rouge qui a presque les neuf vies d’un chat.

De pages en rencontres et de clé USB en glycines, le voilà plongé avec les mots des autres au cœur de ces vies qui ont tant besoin de les écouter. Jusqu’à ce que les mots d’une autre en particulier vienne le chercher. Dans son monde, on compte les carrelages et on s’exprime en tantologies. Je vous laisse découvrir …

Heureuse donc d’avoir partagé ces moments de poésie et de tendresse tous liés par ce besoin d’humanité, ces bulles de légèreté, ces liens de solidarité dans un monde parfois trop brusque pour le subir sans bouger. Une lecture rapide et agréable.

 Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en pensez-vous ? Ça vous arrive de lire à haute voix vous aussi ?

* Et puis, Paulette … * Barbara CONSTANTINE

* Et puis, Paulette … * Barbara CONSTANTINE

Un roman plein de vie. Un éloge à la simplicité.

🍒🍒🍒🍒

Lorsque l’orage gronde et que le ciel vire au gris foncé, personne n’est à l’abri d’être éclairé par un rayon de soleil inattendu. Et il n’en devient que plus lumineux, contraste oblige !

Ferdinand en fait l’expérience dans ce roman de Barbara CONSTANTINE, au sens propre comme au sens figuré. En effet, qui lui aurait prédit que Marceline, sa voisine, deviendrait sa colocataire dans sa grande ferme qu’il habite pourtant seul depuis la mort de sa femme et le départ de ses enfants ? Peut-être ses petits-enfants, les Lulus, âgés de 6 et 8 ans, qui transformeront le toit prêt à s’effondrer de la maîtresse de cette chienne que leur grand-père a failli écraser, en perche bouleversante pour celui-ci pourtant peu préparé et tout engoncé dans ses grands principes et ses manières un peu bourrues.

Qui dit champêtre dit papillon et son effet ne se fait pas attendre. La ferme reprend vie avec, derrière, l’arrivée de Guy, son meilleur ami veuf, des sœurs Lumière proches de l’expulsion, d’un étudiant et j’en passe… et puis Paulette. Chacun a son âge, son passé, son quotidien, son animal parfois, ses difficultés, sa grandeur d’âme, ses peurs, sa générosité, ses envies, ses manies. Alors il faut réapprendre à composer, à accepter, à écouter. Et à laisser vivre. Dans le respect de chacun.

Avec la force de la simplicité dans la narration de celle qui observe une toile se retisser lentement, ce roman nous invite à entrer dans le jeu des rebonds que la vie nous offre parfois à travers la rencontre de l’Autre, qui de différent devient complémentaire. Pour mieux vivre le quotidien sans le poids de la solitude. Comme un joli tableau de ce que la vie intergénérationnelle peut insuffler, l’auteure nous plonge dans une fresque légère sans être simpliste d’une autre façon de vivre guidée par la solidarité.

L’alternance entre les descriptions et l’emploi fréquent du discours direct nous immerge et nous donne envie de faire partie de cette communauté qui se forme malgré elle et à la croisée des générations, des blessures, des styles de vie. Ancrée autour et dans un paysage de campagne comme un symbole, celui de la terre, du terreau, du berceau qui permet la repousse des racines. Et un jour d’éclore. A nouveau.

Ce roman se lit vite, un peu trop vite même. Il laisse tout de même cet arrière-goût sucré qui, sans en faire un monument de littérature, dure suffisamment longtemps pour créer une empreinte romanesque agréable et chaleureuse que l’on a envie de partager !